Untitled Document
  • Histoire de la ville

Le château du Schlossberg

Seuls quelques rares vestiges de châteaux féodaux subsistent encore dans la partie méridionale de l'ancien évêché de Bâle. Parmi les plus importants, nous retiendrons les ruines d'Erquel, près de Saint-Imier, mais surtout l'ouvrage du Schlossberg qui surplombe La Neuveville, au bord du lac de Bienne. Certes, il ne ressemble plus en rien à la fière forteresse d'antan dominée par ses tourelles pointues, celles que nous montrent des vues du XVIIIe siècle. Après la longue période d'incurie qu'il subit au XIXe siècle, le château du Schlossberg est redevenu habitable grâce à deux campagnes de restauration. (source:www.swisscastles.ch)


  • Partenaires


  • Actualités

 

L'exposition temporaire du musée accueille des objets qui ont intégré notre inventaire depuis l'année 2000.  

Horaires : ouvert tous les samedis et dimanches de 14h30 à 17h30

 

Le 26 mars 1874, la bourgeoisie de La Neuveville lance un appel à la population pour créer un musée d'histoire. Le 17 novembre de la même année, un comité d’initiative est nommé. Il comprend Cyprien Revel, Jean-Frédéric Landolt, Georges-Frédéric Geisbühler, Louis-Sigismond Imer et le colonel Frédéric Schem-Karlen.
Le 1er novembre 1875 a lieu la première assemblée générale des souscripteurs de la nouvelle société par actions du Musée historique de la Neuveville. Elle adopte ses statuts et désigne Frédéric Schem-Karlen comme président. Il s’agit alors de construire un bâtiment pour abriter les trésors conservés par la bourgeoisie de La Neuveville dans sa maison de ville :
- la bannière octroyée par le prince-évêque de Bâle, Jean de Vienne, aux Neuvevillois après le siège de la ville par les Bernois (1368) ;
- la bannière résultant du traité de combourgeoisie conclu avec la ville de Bienne (1395) ;
- la bannière accordée au magistrat de La Neuveville par l’empereur Maximilien Ier (1497) ;
- un coffre au trésor datant du XIVe siècle ;
- l’artillerie provenant du butin pris à Charles de Téméraire, lors de la bataille de Morat (1476).

Dès 1877, la construction est achevée, le musée va s'enrichir par le don de nombreuses pièces nouvelles. Mais septante ans plus tard, la municipalité de La Neuveville achète le bâtiment pour y installer son administration et le musée déménage dans les locaux de l’Hôtel de ville. Le 12 juillet 1947, la Société anonyme du musée prononce sa dissolution et une association d’utilité publique lui succède. En juin 1948, cette nouvelle société compte soixante membres fondateurs, avec Florian Imer comme premier président. Il faut cependant attendre le 26 novembre 1959 pour inaugurer les nouveaux locaux du musée, restaurés et aménagés.


De 1978 à 2009, sans s'affubler du titre de conservateur, Charles Ballif a été l'âme et la cheville ouvrière du musée. 

Photos de Charles Ballif et Thierry Porée. Développé par Darwin Viglino. © comité du musée 2009
Admin / Membre du comité